Sélectionner une page

Pourquoi tous les dirigeants et cadres, titulaires du même diplôme de management ne deviennent pas tous des leaders ? Oui, après tout, ils ont suivi le même cursus, appris les mêmes bases théoriques, ont développé les mêmes compétences… A priori, ils n’ont pas non plus glissé d’enveloppe sous la table, ni triché à l’examen, et pourtant, dans des circonstances similaires, l’un imprime son charisme et l’autre … fait ce qu’il peut… 

D’ailleurs, pourquoi certains dirigeants sont-ils des leaders charismatiques, alors même qu’ils ont suivi des chemins de traverse et n’ont jamais eu l’opportunité de suivre les enseignement théoriques liés à cette posture ?

Et si la réponse était juste qu’un leader est avant tout un humain ?

Simplement.

Etre un leader, c’est disposer de clés majeures dans son intériorité de femme et d’homme, dont découleront les comportements les plus performants. Je vous en livre 7 aujourd’hui.

1- Un leader sait où il va

Partiriez-vous en croisière sur un navire dont le capitaine ne sait pas où il va ? Un leader a une vision. Il sait exactement où il va. Il visualise clairement ce qu’il veut atteindre. Il sait le transmettre à ses équipes et leur transmettre son enthousiasme. Tous dans le même bateau, dans la même direction. Sa vision, c’est sa ligne de vie. Ce qui va nourrir sa motivation au quotidien et lui faire tenir solidement la barre. Quelles que soient les conditions météo…

2- Un leader honore ses valeurs

Les valeurs sont le socle fondamental de chaque individu. Un leader, non seulement connaît ses valeurs, mais il les honore au quotidien. Dans ses décisions. Dans ses actions. Avec les autres et avec lui-même. Il sait que cette attitude est le reflet de sa congruence personnelle. S’il prône le respect, mais qu’il est incapable d’en faire preuve auprès de ses collaborateurs ou s’il attend de ses salariés un engagement sans faille, mais qu’il se détourne des projets qu’il initie, il y a fort à parier que sa légitimité sera vite remise en question…

3- Un leader assume ses erreurs

Un leader a compris qu’il était avant tout un humain. Il a conscience de ses zones de fragilité. Il est capable de les assumer, sans pour autant se sentir remis en question en tant que personne. Il a compris que c’est, au contraire, en assumant ses erreurs, qu’on devient plus respectable aux yeux des autres. Plus solide face à l’adversité. Il démontre sa lucidité et prouve qu’il peut tout affronter, même l’échec. Il sait aussi que de l’erreur nait l’apprentissage et que ça fait partie du jeu.

4- Un leader sait accueillir la contradiction

Par nature, l’humain aime avoir raison. C’est là un des points majeurs des conflits. Et pas qu’au travail. Chez un manager, la contradiction est souvent interprétée comme une remise en cause de ses propos, une remise en question de SES idées et donc de lui-même. Un leader, lui, a compris que la contradiction était un atout formidable. La possibilité d’ouvrir des champs de réflexion supplémentaires, de faire grandir sa propre réalité. En outre, cette capacité à accueillir la contradiction favorise une meilleure communication au sein de ses équipes. Moralité : il gagne sur tous les plans !

5- Un leader favorise l’apprentissage vicariant

S’appliquer à soi-même ce qu’on attend des autres, c’est certainement un des principes les plus puissants et efficaces pour les encourager à suivre la même direction. Et ce n’est pas qu’une vue de l’esprit. C’est neuro-scientifique. Notre cerveau comporte des neurones miroirs, qui enregistrent les comportements d’autrui et nous font les reproduire sans même parfois que nous en ayons conscience (c’est pour ça que vous finissez pas utiliser le même vocabulaire que votre collègue de bureau par exemple ou que vous adoptez les attitudes d’un de vos parents). Un apprentissage vicariant, c’est juste un apprentissage par l’exemple. Un leader a compris que c’était le meilleur qui soit. Alors, plutôt que de dire, il agit.

6- Un leader connaît et pose ses limites

Comme il a compris qu’il était un humain, il sait aussi qu’il n’est pas tout puissant. L’humilité dont il fait preuve en accueillant l’erreur et la contradiction, lui permet d’avoir clairement en tête ses limites. De ce fait, il sait dire NON. Il sait dire STOP. Il fait ainsi bénéficier ses collaborateurs d’un cadre structuré, rassurant et sécurisant, au sein duquel ils peuvent évoluer avec confiance.

7- Il connaît sa valeur et celle des autres

Un leader sait ce dont il est capable, mais il sait aussi que, dans certains domaines, d’autres sont meilleurs que lui. Il lui est donc naturel de déléguer ce qu’il fait moins bien, pour mettre son énergie dans les domaines où il excelle. Et pas question de s’attribuer des mérites qui ne sont pas les siens. Il connaît également ses points de vigilance et sait demander de l’aide à l’extérieur. Conscient de sa valeur, il ne se définit pas par ce qu’il fait, mais avant tout par ce qu’il est.

****************************************

Pour devenir vous aussi un leader inspirant, découvrez mon programme de coaching individuel dédié aux entrepreneurs, dirigeants et managers bienveillants : « Humain authentique, leader performant ».

Et si on en parlait lors d’une session découverte ? Je réserve un créneau tout de suite !