Qui n’a jamais envié les personnes qui réussissaient dans leur vie professionnelle. Souvent associée à l’argent, la célébrité, la beauté, les réseaux sociaux nous bombardent quotidiennement de success-story, qui, alternativement nous impressionnent, nous inspirent ou à contrario nous frustrent ou nous agacent. Mais finalement, à quoi ça tient la réussite ? Pourquoi est-ce que cela nous attire autant ? Qu’est ce qu’on pense y trouver ?

A quoi tient la réussite professionnelle ?

On a tendance à croire que la trajectoire de notre carrière est directement liée à la somme de nos diplômes ou au niveau de nos compétences. La société nous a souvent servi l’idée que notre mental était notre meilleur allié, surtout dans le domaine de la réussite professionnelle. Depuis notre enfance, nous sommes soumis à la loi des notes et des performances. On nous ressasse qu’il faut bien travailler à l’école, obtenir son bac, avoir des diplômes, sinon, qu’est ce qu’on va devenir ? On se rappelle de la fameuse publicité pour Guy Degrenne « Vous ne réussirez jamais dans la vie monsieur Guy Degrenne »

Valider par ses diplômes certaines capacités est une voie, souvent nécessaire dans certains métiers exigeants et spécifiques. Ce n’est toutefois pas une vérité universelle et surtout ce n’est pas la seule clé de la réussite. Sinon, cela signifierait que notre acquisition d’un diplôme universitaire garantirait à lui seul la réalisation de nos ambitions. Or, il y a de multiples biographies qui confirment qu’on peut être un piètre élève et devenir un entrepreneur brillant et, à l’inverse, avoir des certifications et des compétences en cascade et plafonner dans son métier.

Comme on grandit en s’évaluant par rapport à l’extérieur et qu’on évolue dans une société où la compétition et la comparaison sont légions, forcément, on est naturellement poussé à se construire une image faussée de la réussite, qui répond à des critères familiaux, sociétaux, éducationnels…

Alors qu’au fond, la réussite se construit d’abord en lien avec qui nous sommes et ce que nous désirons vivre dans notre vie professionnelle. Elle est en lien avec nos valeurs, nos talents, nos élans, nos aspirations, donc notre nature profonde,

En fait, c’est quoi la réussite ?

C’est LA question que l’on devrait tous se poser en vérité. La définition de la réussite professionnelle est très variable selon les personnes. Pour certains, elle sera liée à un niveau de responsabilité, à un statut social, à un niveau de rémunération. Pour d’autres, se sera de se sentir utile, de contribuer à quelque chose qui a du sens, de collaborer autour de valeurs communes. Pour d’autres encore, ce sera avant tout de faire les choses selon ses envies, de trouver un équilibre pro/perso, de laisser une trace…

Tant qu’on ne prend pas le temps de se demander quelle est NOTRE définition de la réussite, on risque de courir après la réalisation de quelque chose qui ne nous correspond pas vraiment. On peut alors juste chercher à se conformer à une croyance, c’est-à-dire atteindre un résultat qu’on a associé à la notion de réussite (issu de notre éducation, des normes sociales, etc.), mais qui nous permet juste d’obtenir en retour une validation extérieure, comme la reconnaissance, la considération, l’obéissance…

Et d’ailleurs, on a vite fait de confondre « réussir sa vie » et « réussir dans la vie », qui sont pourtant des notions distinctes…

Comment y voir plus clair et savoir si notre vision de la réussite est la bonne ?

Ce qui est important, c’est de se demander POUR QUOI (en deux mots). C’est-à-dire, d’aller tirer le fil de ce qu’on vise pour comprendre ce qu’on cherche fondamentalement à atteindre.

Par exemple, si pour moi, la réussite, c’est de gagner beaucoup d’argent. C’est ok. Tirons le fil.  Qu’est-ce que me permettra le fait de gagner beaucoup d’argent ? Voyager ? Acheter une belle voiture ? Investir pour quitter le salariat ? Gâter mes proches ?

Qu’est-ce que je cherche à obtenir au fond, en gagnant de l’argent : nourrir ma curiosité, être reconnu, être libre, être aimé.

L’argent n’est pas une fin, mais bien un moyen d’atteindre quelque chose de plus grand.

Seulement, quand la notion de réussite est conditionnée par une validation extérieure (être reconnu, être aimé, avoir le pouvoir…) on va passer sa vie à chercher à atteindre cette réussite pour obtenir cette approbation plutôt qu’à répondre à nos vrais besoins.

Et on risque au final de passer à côté de sa réussite…. Sur le papier, on peut cocher toutes les cases et se sentir inaccompli à l’intérieur de soi. On sait au fond qu’on a fait fausse route…

Finalement, réussir, c’est être en mesure de répondre à ses propres besoins. C’est avoir la sensation d’être comblé par la vie. Non pas matériellement parlant, mais bien au niveau émotionnel.

Comment faire alors pour prendre le bon chemin vers la réussite ?

C’est important d’être vraiment honnête avec soi et de se demander si ce qu’on poursuit a vraiment du sens pour nous ou si c’est juste une stratégie pour prouver notre valeur. Ca demande beaucoup d’humilité. Oser se regarder et assumer de s’être trompé de chemin n’est jamais chose facile.

Si c’est le cas, alors c’est fondamental d’aller creuser et de consolider son estime de soi. On va se débarrasser des étiquettes qu’on s’est collées, des fausses croyances qu’on a construites à notre sujet, on va découvrir les valeurs qui nous animent, les talents qui sont les nôtres et prendre conscience de nos besoins.

Grâce à cet état des lieux, cette connaissance profonde de notre construction identitaire, on peut alors y voir plus clair dans ce qu’on recherche et les raisons qui nous poussent à agir tel qu’on le fait. Petit à petit, en déconstruisant certains schémas limitants et en changeant le regard qu’on se porte, on va prendre de la distance avec cette quête erronée de la réussite et se repositionner par rapport à soi, plus par rapport aux autres.

On va alors pleinement honorer la personne qu’on est, s’autoriser à exprimer ses talents et choisir la voie d’une réussite en accord avec nos valeurs, voire notre mission de vie.